Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SIOU, BERCEAU DE MON ENFANCE


Si sur le côté Est de cette falaise

 Où arbres, hommes et bêtes me semblent aises,

 Si sur le côté Est de cette plage de prières,

 S’alignaient des amas de minuscules pierres,

 Aux couleurs grises et blanchâtres,

 Bordant des cases rondes en terre battue

 Je prendrais bien ici un somme,

 Dans la tiédeur du berceau de mon enfance.

 

 Tant, ce cadre divin et bien merveilleux

 Me rappelle le village de mon enfance : Siou

 Siou des cases rondes coiffées de toits pointus

 Siou des enfants tous blancs à l’harmattant venu,

 Siou balafré de sentiers battus

 Conduisant partout et nulle part. 

Siou beceau de connaissance et d’intelligence

Siou d’où me parviennent encore l’échos de la gaieté

Le sens du jugement objectif, l’honneteté

Le goût du travail solidaire

Mon enfance parasidiaque.

 

Oh Siou mon village !

Je me plais toujours de t’avoir connu,

D’avoir été bercé par tes soins menus,

Logés dans les mains moites de mère Téni

Dont l’âge avancé, la peau ridée et la bouche édentée

N’ont pu fléchir la bonté

 

Si sur le côté Est de cette falaise

Où arbres, hommes et bêtes me semblent aises,

Si sur le côté Est de cette plage de prières,

S’alignaient des amas de minuscules pierres,

Aux couleurs grises et blanchâtres,

Bordant des cases rondes en terre battue

Je prendrais bien là un somme,

Dans la tiédeur du berceau de ma prime enfance