Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand donner de l'eau à ces populations devrait se faire par des réformes

A mes débuts sur ces pages, je m'inquiétais de ce que les miens, de la région des Savanes au septetrion jusqu'à ceux du Sud (dans la Maritime) la quête de l'eau soit devenue l'un des clavaires. C'est vrai, je revenais alors d'une mission qui m'avait conduit, par le mois froid et sec de janvier à travers les cantons de la Région des Savances. Et pour un Togolais, ce que j'avias pu voir et entendu dire par rapport à la source de vie, l'eau était plus que déplorable.

Aujourd'hui, en inscrivant "Togo, actualités" dans le moteur google, j'en ai eu pour mon compte. Disons une petite satifaction : "L'accès à l'eau : une véritable réforme". Je dis bien une petite satisfaction dans la mesure où bien souent, les propos de nos dirigeants de même que les faits qui leurs sont prétés sont souvent à prendre avec des pincettes. Par ailleurs, cela ne devrait pas être des extraordianires que de donner de l'eau à ses populations! En tout, cas, on voit sur le site de notre présidence  l'ex Chef d'Etat Major des FAT nommé Ministre de l'eau, actionner une pompe pour en sortir de l'eau. (photo ci haut). C'est bien là un coup d'éclat. Seulement, dans l'article, «La réforme du secteur de l'eau est sérieuse car elle vise à élaborer une politique et des stratégies  autour des perspectives d'une Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) pour  aboutir à un code de l'eau. Ce code permettra également de réglementer toutes les pratiques non souhaitées dont celle des forages privés» comme déclare le Ministre d'Etat, Ministre de l'Eau, de l'Assainissement et de l'Hydraulique Villageoise, Gal Nandja Zakari m'apparaît comme une perspective. Donc rien n'est encore fait. Il s'agit d'un poplitique à mettre en place. Ces vrai que du coup, le 61% des nôtres qui n'ont pas d'eau potable sont à réduire. Mais lorsqu'il est question comme le dit si bien le Ministre de " réglementer toutes les pratiques non souhaitées dont celle des forages privés", il y a lieu de se demander, de quoi reproche-t-on les privés qui ont dû, avoir pitié de leurs concitoyens et qui essaiyé de leur procurer de l'eau. Je ne toruve rien à leur reprocher. Ce qui est évident, elle loin l'époque où pour trouver de l'eau même dans la ville de Lomé (puisque Agoè et ses environs sont dans Lomé), il fallait courrir des kilomètres et par une heure des plus matinales. Pour vraie que celà puisse "réglementer" ce secteur devrait consister à "compléter" l'effort des Togolais pour alléger la souffrance de leurs confrères. A suivre...