Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Election présidentielle 2010 au Togo, une incertitude de moins

Les grandes incertitudes relatives aux élections présidentielles de 2010 au Togo continuent de tomber les une après les autres. Après la spectaculaire discorde créée par l’élection contestée de M Henri Kolani, la Ceni a pu lever une première incertitude en élisant par consensus, le 14 octobre 2009 un président à sa tête. Son nom, Tafa TABIOU, instituteur, puis Directeur d’un cabinet ministériel, ce représentant de la société civile affirmait à ses premiers propos en tant que Président de la Céni « Je serai attentif à vos désirs et aux orientations que vous voudrez imprimer à la Céni aussi bien à travers les sous commissions que lors de nos plénières ». Au-delà de la confiance mise en ce Monsieur, c’est une reconnaissance au rôle de la société civile en tant que acteur à part entière de la vie sociopolitique de notre pays qui est affirmée.

Seule inquiétude, la dénomination de « représentant de la société civile » non partisane au Togo. En réalité, il existe des organisations de la société civile assez crédibles au Togo et qui ont joué un rôle considérable dans la lutte contre la pauvreté. Leur rôle a été d’autant plus important que la coopération du pays avec la communauté internationale a été coupée durant quinze ans. Mais, une analyse des représentants siégeant au sein de la Céni fait davantage réfléchir : en effet, au lieu de représentants neutres au sein de cette institution chargée de l’organisation de l’élection présidentielle de 2010, la latitude a été laissée aux deux parties conflictuelles de la scène politique nationale de copter leurs représentants de la société civile. Ce qui, de toute évidence enlève le critère de neutralité des ces représentants vis-à-vis des sujets qu’ils auront à défendre. C’est en ce sens seulement que la désignation de Monsieur Tabiou T inquiète plus d’un. De toute évidence, derrière l’apparente dénomination de représentant de la société civile, se cache le fait plutôt inquiétant que ce monsieur a dû être copté par l’une ou l’autre des parties et que par conséquent, il doit à cette partie des égards. Il demeure bien sûr la personnalité de la personne du Président qui se jouera au moment venu. Sujet à suivre….. Espérons seulement que la roue cyclique de la vie politique du Togo ne se perpétue pas. Lorsqu’on se rappelle l’histoire de Awa Nana, l’une des premières personnes, représentant de la société civile à avoir dirigé une CENI au Togo, les spéculations peuvent aller bon cœur…….

Il y a néanmoins qu’aujourd’hui, avec le chronogramme présenté par la Céni, c’est une ombre de plus qui est levée sur la multitude des craintes qui se prennent de tout bon Togolais quant aux élections futures. En effet en annonçant la date du 28 février 2010 pour les élections, c’est tout le processus qui est mis en branle. Cette date précède la mise en place des structures décentralisées de la CENI, la révision des listes électorales et l’organisation de la campagne. Même le budget de cette élection est sommairement présenté : 8 milliards dont 1 pour le fonctionnement de la CENI et es 7 autres pour les élections proprement dites financés par l’Etat togolais et ses partenaires.

Seules inconnues qui demeurent de ce scénario en cours, l’ambiance dans laquelle se dérouleront ces élections tant attendues et surtout l’attitude des uns et des autres à l’issue du scrutin. L’histoire prend un vilain plaisir à se reprendre, mais dans le cas du Togo, si elle fait l’exception de prendre une nouvelle tournure, ce sera dans l’intérêt des Togolais dans leur majorité qui n’aspirent qu’à des jours apaisés, à défaut de les avoir heureux et gaies. Il semble qu'il ait un code de bonne conduite, que les divers acteurs de la scène politique nationale devrait signer. Espérons que ce geste soit fait et qu'il soit interprété tel que le stipulent les termes qui le composent. Les mots souvents ici, prennent des sens différents du leur.